La Mue/tte est une compagnie franco-argentine qui voit le jour à Nancy en 2014 suite à la rencontre d’une comédienne-marionnettiste nancéenne et d’un musicien-marionnettiste argentin, tous deux passionnés par la question du mouvement, de sa transmission et de sa répercussion (son, images, manipulations).

 

Delphine Bardot et Santiago Moreno s’associent avec le projet de développer une recherche autour du théâtre visuel et musical, d’engager le corps et la marionnette en ce qu’ils ont de sonores et rythmiques, et la musique en ce qu’elle a de physique, à travers une certaine mécanique poétique du mouvement.

 

Delphine BARDOT

Comédienne, marionnettiste, plasticienne et metteur en scène, elle explore la marionnette et son champ des possibles avec plusieurs compagnies en Lorraine  (Les  Clandestines Ficelles, L’Escabelle, Les Fruits du Hasard, etc…).
Elle participe activement à bon nombre des créations de La S.O.U.P.E. Cie depuis 10 ans. Elle mène au sein de cette compagnie un travail plus personnel autour de la relation du corps à l’objet et crée deux solos, Vanité et Sous le Jupon où les principes de manipulation à vue et de «corps castelet» entrent en jeu. Elle  y explore notamment les notions de dissociation et segmentation du corps (manipulation sur mains, doigts, ou autres parties du corps).

Avec sa dernière création Body Building, elle poursuit ce travail, sans texte cette fois, entre musique, gestes, objets. Elle y engage une recherche sur le mouvement et la relation du corps à l’objet et approfondit le thème de la métamorphose, autant d’axes de travail qui s’avèrent fondateurs de la naissante Cie La Mue/tte.

 

 

Santiago MORENO

Musicien, marionnettiste, d’origine Argentine, vit actuellement en France. Co fondateur du groupe musical italo-argentin Aparecidos et de la Compagnie de théâtre de marionnettes Dromosofista, avec le spectacle El Cubo Libre  (tournées internationales en festival de rue). Il collabore avec la S.O.U.P.E. Cie, dans les spectacles Body Building et Macao & Cosmage (version courte).

Au sein de La Mue/tte, il poursuit ses propres recherches autour de l’Homme Orchestre et de la dissociation du musicien, en lien avec les principes de manipulation nécessaires au marionnettiste, qu’il décline en rue et en version intimiste en salle : L’Homme Orchestre.